Que des histoires

Écrire pour que la bille roule.
Pour ne pas la perdre la bille, la boule.
Écrire pour stabiliser, écrire pour sentir le jaillissement. Se demander à quoi ça sert. Trouver 1000 raisons mais aucune convaincante.

Pourtant, on en voit des pubs.
D'écrivains, d'écrivaines, qui racontent leurs vies. L'humain aime les histoires. Alors raconter des histoires, c'est top !
Raconter des histoires. C'est aussi quelque chose que l'on se fait à soi-même.
On se raconte tellement d'histoires.
Il n'y a pas de réel, il n'y a que des histoires.
Alors pourquoi pas partager celles qui n'ont pas la prétention de décrire le réel ? Des histoires, des vraies ! Et des gens seront contents.

Finalement, c'est juste parler. Car parfois les histoires racontées sont simplement des partages de pensées.
Qu'est-ce qu'on y trouve ?
Peut-être le vrai partage de sa vie, en tant qu'auteur. Et le vrai changement de vie, un instant, en tant que lecteur.
"Voilà ce que cela fait d'être moi. Vous êtes dans ma tête."