Poème probablement fétichiste - Tes pieds

Les bourgeons s'étiolent, se fânent et fleur.
Les poumons se vident, se gonflent et pleurent.
Au milieu du jardin tu gîs, là, comme déposée.
J'espère en le soleil qu'il te brille pour l'éternité.
Blanche, blanche comme de la porcelaine
Ta peau scintille comme un sot de paillettes. Comme une boule disco.
Tu es mon Saturday Night Fever.
Sauf qu'avec toi, on est déjà dimanche car je ne vois plus l'heure.
C'est comme si on m'avait enlevé l'horloge,
Comme dans un casino de Las Vegas où l'on veut que tu perdes pied.
Parlons de tes pieds, tiens.
Sans être fétichiste (à moins que), c'est vrai que tes jolis petits pieds vernis
Terminent ta chouness passionément à la folie.
Ils y ajoutent, même. C'est the icing on the cake.
Your feet on my chest on a boat on a lake.